Superbonus électrique: comment ça fonctionne?

 

Depuis le 1er avril , l’Etat a prévue d’offrir  une prime pouvant atteindre jusqu’à 10 000 euros pour l’achat d’une voiture électrique accompagné de la mise à la casse d’un vieux Diesel.

Le Diesel est devenu en l’espace de quelques mois, l’ennemi public numéro 1 et la voiture électrique, semble devenir la solution à tous les problèmes. Cette nouvelle mesure mise en place par le gouvernement actuel résume parfaitement la vision assez simpliste de la politique sur laquelle est basée le gouvernement Valls en matière automobile. Comme prévu, il est sera possible de bénéficier d’une subvention encore plus généreuse pour l’achat d’une voiture électrique ou hybride rechargeable en cas de mise à la casse simultanée d’un véhicule Diesel de 14 ans d’âge.

Côté pratique, aux 6 300 euros de bonus déjà offerts pour l’achat d’une voiture électrique, s’ajoute une « prime de conversion » de 3 700 euros si l’on met à la casse par la même occasion un véhicule Diesel, soit un total « symbolique » de 10 000 euros.

Dans le but de limiter les effets d’aubaine autour de cette prime particulièrement juteuse, l’acheteur de la voiture hybride ou électrique doit être en possession d’un Diesel en question depuis au moins un an, et celui-ci doit être assuré (Les épaves ne seront donc pas concernés). Le montant du bonus sera soit déduit de la facture par le vendeur, soit versé a posteriori à l’acheteur par le « Fonds d’aide à l’acquisition de véhicules propres ».

Ce « superbonus » s’adresse aussi bien aux particuliers qu’aux entreprises et aux collectivités. Par contre, il porte uniquement sur les voitures particulières et pas sur les véhicules utilitaires. D’autre part, une prime de 500 euros est également prévue pour les ménages modestes (non imposables) en cas d’achat d’un véhicule thermique Euro 6 émettant moins de 110 g/km.

Reste a voir si cette mesure finira par doper une bonne fois pour toutes les ventes des véhicules dit « vert »…

Catégories

Haut de page